Opus Dei

En novembre 1982, l’OPUS DEI a acquis le statut de  » prélature personnelle « , le premier et jusqu’alors le seul du genre autorisé par le Concile Vatican II. Cela signifie que l’Opus Dei est devenu semblable à un diocèse mondial, avec un prélat qui, comme les chefs des ordres religieux, a autorité sur ses membres dans le monde entier. L’Opus Dei était un phénomène nouveau dans l’Église, et aucune situation juridique n’avait été prévue auparavant.

Puisque les laïcs catholiques romains sont normalement entièrement sous l’autorité de leurs évêques locaux, cela établit un nouveau principe de partage du pouvoir entre les évêques diocésains et le Prélat. Compte tenu de la faveur évidente du Pape, tout évêque diocésain qui, en cas de conflit, s’opposerait à l’Opus Dei, prendrait un risque certain.

L’origine et le rôle de l’Opus Dei

Fondé par Monseigneur Escriva en Espagne, en 1928, l’Opus Dei, qui signifie « Oeuvre de Dieu » en latin, devait aider les catholiques ordinaires à chercher la sanctification dans la poursuite de leur vie quotidienne. Mais la plupart des Espagnols aujourd’hui vous diront que l’Opus Dei est mystérieuse et n’ont que peu de connaissances sur ce que fait l’organisation. La plupart préfèrent simplement frissonner à la mention de son nom. Selon ses critiques, l’Opus Dei est un ordre religieux secret et conservateur de personnes bien placées qui forment une influence quasi maçonnique au soutien de l’élite politique et financière de l’Espagne. L’organisation est devenu célèbre grâce au roman de Dan Brown « The Da Vinci Code » qui la dépeint comme ayant une main dans la gestion du monde entier.

Jose Maria Escriva de Balaguer, fils d’un commerçant, a conçu l’Opus Dei en priant seul dans une pièce d’un couvent de Madrid. Ses hagiographes décrivent l’événement comme une vision soudaine, tandis que les cloches de l’église voisine de Notre-Dame des Anges sonnaient. Bien que Monseigneur Escriva se soit limité de son vivant à de simple suggestions qu’il était guidé par le contact direct avec Dieu dans les décisions vitales affectant l’Opus Dei, la pétition pour sa béatification laissa tomber ces réserves. « Alors qu’il priait dans sa chambre, il a plu à Dieu de l’éclairer », déclare la pétition. « Il voyait l’Opus Dei comme le Seigneur Dieu l’avait voulue et dévoilait sa progression au cours des siècles ». Il fût béatifié par Jean Paul II en 2002.

L’opus Dei en perte de pouvoir ?

La stricte adhésion de l’Opus Dei aux valeurs catholiques traditionnelles, y compris l’opposition à la contraception, lui a permis de s’épanouir sous le pape Jean-Paul II, qui a nommé l’un des membres du groupe comme son porte-parole.

Mais ces positions historiques vont à l’encontre de l’esprit du Pape François, qui a dit que l’Église doit mettre fin à son obsession des enseignements sur l’avortement, la contraception et l’homosexualité, et devenir plus miséricordieux. C’est ainsi que l’influence du groupe au Vatican et en Espagne a régulièrement diminué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Required)

Proudly powered by WordPress   Premium Style Theme by www.gopiplus.com