Le baptême

Jésus-Christ – au cours de sa vie terrestre – a institué 2 cérémonies (appélées par certaines église des sacrements). Il s’agit de la Sainte Cène (fraction du pain et partage de la coupe de vin) et le baptême d’eau. Au temps du peuple juif, le baptème d’eau correspondait à une étape de la purification. Jean-Baptiste quand à lui préchait un baptême de repentance pour la rémission des péchés (Marc 1.4).

Au moment de quitter ses disciples (Ascension), Jésus leur recommanda de baptiser les nouveaux disciples « au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » (Matthieu 28.19). C’est ce que firent les premiers disciples dans le livre des actes des apôtres pour tous les nouveaux convertis.

La signification du baptêmed’eau est profonde puisqu’il exprime une mort et une résurrection. Ainsi l’homme pécheur est enseveli avec Jésus-Christ, il meurt et dans la résurrection de Jésus-Christ, l’homme est régénéré ou né d’en haut (Jean 3.3).

La pratique de l’église des origine était un baptême par immersion totale du corps dans l’eau. Il est réalisé sur des personnes ayant déclaré leur foi, qui sont déjà des disciples. La foi précède clairement le baptêmedans tous les textes du Nouveau Testament. Ce n’est pas un symbole magique, mais la simple publication – un témoignage – par un chrétien converti de son appartenance à Christ. C’est un engagement devant Dieu et devant les hommes de la foi intérieure (1 Pierre 3.21).

Ainsi le baptême des enfants – pédobaptisme – ne peut se baser sur aucun texte explicite de l’écriture sainte. C’est une tradition qui s’est introduite peu à peu dans l’église et qui ne correspond pas à la cérémonie instituée par le Seigneur lui-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Required)

Proudly powered by WordPress   Premium Style Theme by www.gopiplus.com